Au lycée Lurçat, on sensibilise les élèves à la vie future de l’étudiant (La Voix du Nord)

Accueil / Actualités/ Au lycée Lurçat, on sensibilise les élèves à la vie future de l’étudiant (La Voix du Nord)

Pendant deux jours, l’association « Article 1 » est venue donner des conseils et préparer les élèves de toutes les terminales à leur vie future après le baccalauréat. Orientations, aspects financiers etc. ont été passés au peigne fin.

À la question « comment allez-vous manger quand vous serez étudiants ? », la réponse a été cinglante pour Léo Terrier, le salarié d’Article 1. « Bah, on ira au fast-food tous les jours ! », répond cet élève de STL. C’est dire si la méconnaissance de la gestion d’un budget est grande. C’est pourquoi pour la troisième année consécutive, l’association issue de la fusion entre Frateli et Passeport avenir est venue à la rencontre des futurs étudiants pour délivrer des conseils et dévoiler la réalité des choses. « Vous savez, un étudiant ne roule pas sur l’or. Un snack à 5 euros par jour, c’est énorme. En plus, faut quand même penser à manger équilibré », annonce Léo Terrier avant de faire une liste de conseils.

Pendant deux heures, tous les élèves des classes terminales du lycée Lurçat ont appris qu’ils pouvaient avoir droit à l’APL, aux bourses ou autres aides financières. « Rappelez-vous que si vous ne demandez pas, vous n’aurez rien. De mon côté, j’ai appris que je pouvais avoir une aide financière parce que j’ai eu mon bac. C’était la mairie de Saint-Amand qui faisait cela », glisse un autre représentant d’Article 1. Enfin, l’association a mis en lumière son « réseau social étudiant » nommé « Aspire ». Chaque élève s’y inscrit et indique la série suivie et ses choix post-bac. « Chacun sera mis en relation avec un étudiant qui se rapproche de leurs envies. Le lycéen pourra poser des questions à l’étudiant qui l’orientera le mieux possible. Cela peut être tout et n’importe quoi. À titre personnel, on m’a un jour demandé si je pouvais corriger une lettre de motivation », termine Léo Terrier qui a fait partie des 14 000 étudiants dits « éclaireurs » qui défrichent le terrain pour les lycéens.

Source : La Voix du Nord (10 décembre 2019)